Arbois

Arbois first Protected Designation of Origin of France !

Since May 15, 1936, Arbois has been the first AOC in France, the result of a long struggle by winegrowers for the recognition and protection of this terroir. Today, the PDO covers 843 hectares spread over 12 communes. An average of 30,000 hectoliters of wine is produced each year.

To understand the origin of the AOC, we have to go back to the 19th century, when phylloxera ravaged the vines, reducing the Jura vineyards from 20,000 hectares to 2,000 hectares. The situation was still critical for the winegrowers at the beginning of the 20th century.

En 1906, devant une loi visant à taxer la circulation des vins et des alcools, les vignerons décident de faire la grève de l’impôt. Par la même, l’union faisant la force, ils décident de s’associer et créent à Arbois l’une des premières coopératives françaises de vinification.

In 1906, faced with a law aiming to tax the circulation of wines and spirits, the winegrowers decided to go on strike. By the same token, since unity is strength, they decided to join forces and created in Arbois one of the first French wine-making cooperatives.


En 1907 eu lieu une première reconnaissance de ce terroir, esquisse de l’AOC à venir. En effet, les vignerons obtiennent un certificat d’origine garantissant la provenance et protégeant la marque « Vin D’Arbois ». La consécration finale eu lieu en 1986 lorsque la ville sera déclarée capitale des vins du Jura, en adéquation avec l’origine de son nom signifiant en celte « terre fertile ».



L’origine du vignoble arboisien est toutefois bien antérieure. En effet, son exploitation remonte à l’Antiquité. Des écrits en date du X attestent aussi de l’existence de pratiques viticoles, puis les témoignages se multiplient surtout à partir de l’an 1000.

"Fin nectars"


Ainsi au XIIème siècle Arbois est cité au rang des vignobles les plus réputés avec la Bourgogne, le Bordelais et l’Anjou. L’engouement pour cette contrée est tel qu’au XIIIème siècle les Seigneurs de Salins, Othon IV puis Philippe le Hardi, ou encore les Duc de Bourgogne en possèdent la plus grande partie. 

Les vins arboisiens se retrouvent même aux tables des rois. Après leur introduction à la cour royale par Philippe Le Bel et y conservèrent Henry IV considérait les vins du vignoble comme de « fin nectars » qui se distillent en Bon Pays. D’après son ministre Sully, le vin d’Arbois était « propre à émoustiller fortement les dames de Paris ».

"Les vignobles les plus réputés"

Arbois est également mentionné par les artistes et les écrivains.  Outre Rabelais dans Pantagruel, Boris Vian le cite dans sa chanson « La Marche des gosses » : « huit tambours oh la la la ont bu tout le vin d’Arbois », tout comme Jacques Brel sur un ton moins festif dans « Le Dernier repas »  

Et je veux qu'on y boive
En plus du vin de messe
De ce vin si joli
Qu'on buvait en Arbois

Des écrits attestent l’existence de pratiques viticoles à Arbois dès le
Xème siècle. Mais l’installation de la vigne dans la région remonte tout comme en Bourgogne au IIIème siècle de notre ère.
Les témoignages se multiplient affairant au surtout à partir de l’an 1000.

Au XIIème siècle Arbois est cité parmi les vignobles les plus réputés avec ceux de la Bourgogne voisine, du Bordelais et de l’Angevin.
Au XIIIème siècle, les seigneurs de Salins, Othon IV puis Philippe le Hardi, Duc de Bourgogne, possèdent la plus grande partie du vignoble d’Arbois.

Henry IV considérait les vins du vignoble comme de « fin nectars » qui se distillent en Bon Pays. D’après son ministre Sully, le vin d’Arbois était « propre à émoustiller fortement les dames de Paris ». 

En 1858, nait la « Société de viticulture d’Arbois » dont le but est « l’encouragement des bonnes méthodes de culture de la vigne et de la fabrication des vins… ». 

La première coopérative vinicole française naît en 1906 à Arbois. Les producteurs se réunissent pour partager le matériel et leurs expériences mais également pour faciliter la vente des produits.

 

"812 hectares"

Arbois peut être fière d’être la « 1ere AOC de France » ! L’AOC occupe aujourd’hui 812 hectares sur les communes suivantes : Abergement-le-Grand, Arbois, Les Arsures, Mathenay, Mesnay, Molamboz, Montigny-lès-Arsures, Les Planches-près-Arbois, Pupillin, Saint-Cyr-Montmalin, Vadans et Villette-lès-Arbois. On produit en moyenne 30000 hectolitres sur l’ensemble de l’AOC.

Tous les cépages Jurassiens y sont utilisés : Chardonnay, Savagnin, Poulsard, Trousseau et Pinot Noir.

Tous les types de vins peuvent être élaborés en AOC Arbois : Macvin, Crémant, vins blancs, rouges et rosés, ainsi que le vin jaune et le vin de paille.

Trois cépages marquent l’AOC Arbois : le Savagnin, le Poulsard et le Trousseau. Cependant quelques années après ils seront rejoints pas des cépages bourguignons : le Chardonnay et le Pinot Noir.

Les vignes en AOC Arbois ont la particularité de posséder presque autant de cépages rouges que de blancs.

Le vignoble est installé sur un versant qui borde la plaine alluviale de la Cuisance. Les sols sont souvent composés de marnes grises du Lias en hauts de coteaux, et de marnes irisées du Trias recouvertes de limons.

English
English

[[recommendation]]

English